Rouge vif, l’idéal communiste chinois,Alice Ekman

د.ج1500,00

In stock

-Résumé

« La Chine n’est plus communiste » : la rumeur s’est répandue, comme une évidence. Mais ne serait-ce pas le plus grand malentendu de notre époque ? Malgré l’ouverture économique de 1978, les mesures d’internationalisation des entreprises d’État, l’établissement de relations diplomatiques avec les puissances occidentales, la Chine demeure fidèle à ses racines rouges. « Le communisme est un idéal vers lequel nous devons tous tendre » affirment aujourd’hui encore les cadres du Parti. Renforcé par l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping en 2013, le Parti communiste chinois s’infiltre au quotidien dans toutes les strates de la société : politique et économique, bien sûr, mais aussi culturelle, artistique, éducative, sociale ou religieuse, et ambitionne d’étendre cette influence à l’international. Il fallait bien sept années d’observation et plus de 400 entretiens menés par Alice Ekman auprès de hauts cadres du Parti et fonctionnaires, diplomates, représentants d’entreprises, chercheurs et étudiants pour parvenir à comprendre la Chine contemporaine, son fonctionnement, ses évolutions récentes et sa stratégie de puissance, dans un contexte périlleux de tensions avec les États-Unis et de rapprochement avec la Russie. Car, alors que l’idéal libéral est de plus en plus contesté, la Chine cherche désormais à s’imposer comme une puissance de référence, une « solution » pour le monde, selon les propres mots de Xi Jinping, pour un jour parvenir à la « disparition ultime du capitalisme et la victoire finale du socialisme ».
Biographie de l’auteur
Reconnue comme l’une des meilleures spécialistes européennes de la Chine, Alice Ekman est analyste responsable de l’Asie à l’European Union Institute for Security Studies (EUISS). Maître de conférences à Sciences Po, elle a aussi dirigé La Chine dans le monde.

-TABLE DES MATIÈRES

Introduction

Arrivée de Xi Jinping au pouvoir : les questionnements de 2012-2013

Les surprenants développements de 2014-2015

Depuis 2017 : un recadrage disciplinaire et idéologique devenu plus violent

Inspiration maoïste

Xi Jinping rénovateur du marxisme

Le poids non négligeable de l’idéologie

Ferveur quasi religieuse

Réduction du champ d’expression artistique et intellectuel

Pureté idéologique des cadres

Compétition renforcée entre systèmes politiques

La Chine est-elle encore communiste ?

Méthodologie

De l’importance des mots

De l’importance des faits

Comment lire la suite

10 constats sur la chine d’aujourd’hui

Constat no 1 . Depuis 1978, les dirigeants successifs n’ont jamais renié l’identité communiste du système politique chinois

Constat no 2. Les fondements de la gouvernance communiste n’ont jamais disparu

    Supervision des ministères et de l’administration par le Parti

    Renforcement de la centralité du Parti dans le processus de décision

Constat no 3. Le rôle du Parti dans l’économie s’est renforcé

Constat no 4. Les méthodes de propagande demeurent d’héritage soviétique et maoïste

   Références omniprésentes au marxisme-léninisme

   Communication fortement centralisée et supervisée par le Parti

   Subtile combinaison d’outils traditionnels et modernes

Constat no 5. Les cadres du Parti suivent des séances de critiques et d’autocritiques et des « campagnes d’éducation »

   Vaste et stricte campagne anticorruption

   Nouvelle « campagne d’éducation »

   Propos violents

Constat no 6. Le Parti communiste chinois ambitionne toujours de gérer le quotidien des individus

Constat no 7. Le Parti utilise l’art et la culture comme outil promotionnel

Constat no 8. Le Parti supervise les écoles et les universités

  Think tanks : recherche utile et propagande

   Réduction du champ de recherche en sciences sociales

Constat no 9. La « foi » marxiste est incompatible avec la pratique d’une religion

Le Parti : une organisation à connotations religieuses ?

Constat no 10. Les symboles communistes et maoïstes sont toujours présents

Conséquences pour la chine et le monde de demain

Conséquences en matière de politique intérieure

Un Parti omniprésent et puissant

Centralité du Parti dans un contexte de ralentissement de la croissance

Peur paralysante des officiels et intellectuels chinois

Conséquences en matière de politique étrangère

Le capitalisme : détour pour mieux revenir au socialisme

Confiance renforcée dans son propre système politique

Supériorité aux autres systèmes

Riposte systématique

Une politique étrangère internationaliste

Une vision du monde façonnée par le marxisme

Conséquences pour le monde

Promotion d’un modèle économique et politique à l’étranger

Des actions concrètes pour promouvoir ce modèle : l’exemple des programmes de formation

Autres moyens de promotion de « l’expérience » chinoise : relations Parti-Parti, forums multilatéraux et think tanks

Développement des infrastructures dans le cadre des « nouvelles routes de la soie »

Investissement dans la gouvernance mondiale

Remise en cause des grandes notions de politique étrangère

Rude compétition entre systèmes politiques

Défiance envers les « forces occidentales hostiles »

Hong Kong, Taïwan : enjeux politiques

Une compétition élargie : le « cercle d’amis de la Chine »

Russie : « meilleur ami » de la Chine

Positionnement en tant que pays en développement et coopération « Sud-Sud » entre non-alignés

Des moyens diplomatiques au service des ambitions normatives de la Chine

Forces et faiblesses d’une diplomatie contrôlée par le Parti

Personnels diplomatiques contraints dans leurs interactions internationales

Épilogue

-Caractéristiques

Date de parution :25 août 2021

Éditeur ‏ : ‎ FLAMMARION

N.de pages ‏ : ‎ 224 pages

ISBN-10 ‏ : ‎ 2080243276

ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2080243270

Poids de l’article ‏ : ‎ 180 g

Dimensions ‏ : ‎ 10.8 x 1.3 x 17.8 cm

Be the first to review “Rouge vif, l’idéal communiste chinois,Alice Ekman”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Reviews

There are no reviews yet.

See It Styled On Instagram

    No access token

Main Menu